Muséum d’Histoire naturelle de Berlin

Institution:Muséum d'Histoire naturelle, Institut Leibniz pour les sciences de l'évolution et de la biodiversité
Produits:XJ-A257 (Série Green Slim), XJ-UT310WN (Série Ultra Short Throw)

Les projecteurs CASIO mettent en scène le T. rex

Depuis décembre 2015, « Tristan » attire les foules au musée d’histoire naturelle de Berlin. L’équipe du musée a développé un concept médiatique très sophistiqué afin de transmettre à leurs visiteurs de précieuses connaissances ainsi que des résultats de recherche actualisés sur le squelette du T. rex. Avec : onze projecteurs de CASIO.

Habillé d’un noir-argenté brillant, Tristan guette les visiteurs entre les colonnes de l’époque de la fondation du musée d’histoire naturelle de Berlin. Le squelette du Tyrannosaurus rex, unique en Europe, mesure douze mètres, depuis le nez jusqu’au bout de la queue. Il ouvre sa bouche imposante au-dessus des têtes des visiteurs. Les longues canines pointues ont probablement été la dernière chose que plus d’un animal de l’ère du Crétacé auront vu dans leur vie. Malgré le fait que le dinosaure carnassier est tellement ancien que quelques millions d’années de plus ou de moins ne changent plus grand-chose à son âge, et qu’il ne reste plus que des ossements fossilisés de son corps gigantesque, son caractère menaçant est toujours présent, et il suscite toujours autant la fascination.

Vous ne pourrez pas manquer Tristan : après être entré dans la salle d'exposition de 350 mètres carrés, préparez-vous à être immédiatement surpris par un puissant Tyrannosaurus rex. Une fois le choc passé, ce sont les fins panneaux d'information dans la pièce qui attireront votre attention.

Même s'il s'agit d'un squelette, le tyrannosaure se révèle toujours aussi menaçant, et ses énormes dents pointues n'y sont sûrement pas pour rien. Cependant, le saurien souffrait sûrement de violents maux de dents de son vivant. C'est du moins ce que laisse penser la sorte de tumeur au niveau de sa mâchoire inférieure.

Quelque 500 000 personnes se sont déplacées spécialement pour Tristan.

Il y a près de 65 millions d’années, Tristan parcourait les paysages fluviaux autrefois abondants dans ce qui est aujourd’hui l'État du Montana. Depuis décembre 2015, le T. rex découvert il y a cinq ans constitue la principale attraction du musée d’histoire naturelle de Berlin. Rien que pendant le premier semestre 2016, Tristan a attiré 500 000 visiteurs, un nombre d’ordinaire atteint en une année. L’équipe du musée a travaillé pendant presque un an pour donner un cadre pertinent à cette pièce d’exposition exceptionnelle. Le concept médiatique original de l’exposition sur Tristan a également requis une énergie et un travail de planification considérables.

Un T. rex à 2 têtes ? Non ! La tête accrochée au corps est un moulage. Le crâne d'origine est exposé dans une vitrine dédiée au sein de la salle. Pour cause, cet ossement de 180 kilogrammes aurait été difficile à fixer, et doit par ailleurs rester facilement accessible par les scientifiques.

En comparaison avec la tête de Tristan, le Green Slim XJ-A257 de CASIO paraît minuscule sous le plafond.

Les animations ont l'air de flotter.

Les cinq panneaux d’information filiformes de la salle semblent plutôt discrets en comparaison avec le gigantesque squelette. De petites lumières brillent sur les côtés des estrades noires, et des textes sur les faces avant répondent aux principales questions sur Tristan. Mais ce qui attire le plus les regards, ce sont les hautes vitres dépolies sur les estrades. Les sauriens se baladent tels des fantômes à travers l’image, et l’agrandissement de la tumeur particulière à la mâchoire de Tristan semble flotter dans l’air. À travers d’autres animations, les visiteurs découvrent ce en quoi Tristan suscite tant l’intérêt des chercheurs.

La position des estrades a été minutieusement choisie : tout en regardant les animations, les spectateurs peuvent constamment observer les sauriens à travers les vitres. La source des animations ne se remarque que très peu : cinq projecteurs de type Green Slim XJ-A257 de CASIO sont suspendus en hauteur en-dessous du plafond de la salle d’exposition et projettent des films muets en boucle sur les vitres en verre dépoli.

Originalité et animation : à travers les vitres de projection presque transparentes, Tristan reste dans votre champ de vision, même quand les visiteurs lisent les informations dispensées sur les écrans au-dessus du dinosaure.

Que nous indiquent les ossements fossilisés de Tristan environ 65 millions d'années après sa mort ? Les visiteurs peuvent trouver toutes les réponses à leurs questions grâce aux écrans informatifs animés. Accrochés discrètement au plafond, cinq projecteurs de la série Green Slim de CASIO assurent la diffusion des images teintées de bleu à l'allure fantomatique.

Les vitrines fascinent grâce à leurs apparitions vivantes

On peut chercher en vain dans la pièce les six autres projecteurs, modèle XJ-UT310WN de la série Ultra Short Throw, que CASIO a offert pour l’exposition. Ils sont cachés à l’intérieur de l’estrade en béton type rocher sur lequel Tristan règne. Leur mission : donner vie aux vitrines intégrées à l’estrade, un effet de surprise que les visiteurs doivent découvrir par eux-mêmes. À première vue, les vitrines ne semblent que très peu remplies. On y voit par exemple, comme perdue, la reproduction d’un seul os creux dans une des grandes boîtes en verre. C’est seulement après avoir découvert et actionné le discret capteur sur la vitrine que l’on comprend à quoi sert toute cette surface libre à côté des pièces exposées : tout d’un coup, la lumière jaillit à travers les boîtes en verre et fait apparaître des textes explicatifs auparavant invisibles. Outre différents blocs de texte, des points bleus s’éclairent, et de courts films viennent compléter les paragraphes marqués.

On ne voit qu'un seul os dans cette vitrine en verre... tout du moins au premier coup d'œil. Sur pression d'un bouton, un capteur active un projecteur sous la vitrine et remplit l'espace libre dans la boîte de verre avec du texte et des documentaires.

Cela fait partie de la philosophie du musée de dissimuler un tant soit peu les animations. Uwe Moldrzyk, directeur de l’exposition sur Tristan, déclare la chose suivante : « Nous utilisons ces appareils pour créer une atmosphère, rendre le tout légèrement plus captivant que ce qu’il n’est déjà. Ils ne doivent donc pas ressembler à des appareils au premier abord. » C’est pourquoi, au lieu de miser sur des « solutions standard », le musée préfère développer ses propres idées en matière d’appareils. « En premier lieu, nous pensons toujours à ce qui importe vraiment pour le thème de l’exposition. Puis nous constatons qu’à certains endroits, nous pouvons atteindre un objectif avec ces appareils. »

La qualité CASIO pour ce concept de vitrines était indispensable

Les vitrines animées par des projecteurs, tout comme les panneaux d’information vitrés, sont le fruit des idées développées en commun par les douze membres de l’équipe de l’exposition. Avec un premier projecteur CASIO, Valentin Henning, ingénieur appareils du musée d’histoire naturelle, a étudié avec ses collègues les divers effets produits par les différentes plaques en verre. « C’était important pour nous que cela procure une certaine légèreté », explique M. Henning. « Les vitres de projection conviennent parfaitement, car les visiteurs ne quittent ainsi pas des yeux l’objet original tout en recevant des informations supplémentaires. »

Valentin Henning est ingénieur appareils au muséum d'Histoire naturelle de Berlin. Bien que, ou plutôt parce que le muséum n'utilise que des appareils très discrets et précis, le savoir-faire d'un spécialiste est inestimable pour l'équipe.

Un énorme travail d’expérimentation se cache également derrière ces vitrines. Un jour encore avant l’inauguration, il mettait des feuilles supplémentaires dans les boîtes en verre afin que les blocs de texte ne deviennent vraiment visibles que lorsque les visiteurs actionnent les capteurs, raconte M. Henning. La décision d’utiliser des projecteurs de CASIO pour l’exposition sur Tristan a en revanche été prise très tôt. « Les sources lumineuses ne doivent pas être allumées séparément, elles doivent être présentes dès que nous allumons le courant. C’était pour nous très important », explique M. Henning. « La durée d’utilisation prolongée, environ 20 000 heures, sans changer de lampes nous a également amenés à demander à l’entreprise de soutenir notre exposition. » L’entreprise CASIO n’a pas eu beaucoup de mal à se décider. Mario Fellhölter, coordinateur de projet chez CASIO, avait été d’emblée impressionné par la demande : « Cette personne avait travaillé très dur sur nos projecteurs et nous a ensuite fait une proposition ciblée. Le projet en lui-même nous a également inspirés ! »

Les panneaux d'information sont mis à jour simplement par Wi-Fi

M. Henning considère qu’il est très peu probable que d’ici la fin de l’exposition temporaire prévue pour au moins trois ans, il doive à nouveau monter sur une échelle pour manier directement les projecteurs. Lorsque de nouveaux résultats de recherche sur Tristan sont découverts et apparaissent sur les panneaux d’information, l’ingénieur appareils s’assoie simplement devant son ordinateur. Il peut, en cas de besoin, accéder directement aux onze projecteurs via la connexion Wi-Fi et, par exemple, charger des films actualisés dans les mémoires internes des appareils, comme lorsque les scientifiques participant au projet ont découvert l’origine de la mort de Tristan.

L'animation affiche des images du scanner de Tristan à l'Hôpital universitaire de la Charité de Berlin. Ce n'est que le début des recherches sur le squelette du T. rex. Les visiteurs aussi peuvent s'informer sur les nouvelles découvertes scientifiques : les animations seront modifiées plusieurs fois au cours de l'exposition. L'ingénieur appareils peut télécharger sans peine les nouveaux films dans la mémoire interne des projecteurs depuis son bureau.

Uwe Moldrzyk gère l'exposition Tristan. Il a travaillé presque un an avec son équipe sur ce concept d'exposition. Ils se sont même rendus sur les lieux des fouilles au Montana, aux Etats-Unis.

Un voyage qui a ouvert de nouvelles perspectives

Le choix judicieux du musée pour ce concept d’appareils discrets ne se reflète pas seulement à travers l’écho rencontré auprès des visiteurs. C’est tout le secteur des musées qui est impressionné par les écrans informatifs en verre ainsi que par les vitrines animées. « On nous a déjà demandé plusieurs fois comment nous sommes parvenus à ce résultat d’un point de vue technique », indique le directeur de l’exposition M. Moldrzyk d’un ton satisfait.

L’enthousiasme envers ce concept créatif se retrouve tant dans le musée que chez CASIO. « Cette coopération avec l’exposition sur Tristan nous a ouverts de toutes nouvelles possibilités pour nos projecteurs », s’enthousiasme Mario Fellhölter. « Nous sommes également très fiers que nos projecteurs aient contribué à appliquer de façon si impressionnante les idées de l’équipe de l’exposition. »

Les produits

Dès le départ, le muséum a décidé d'utiliser des projecteurs CASIO pour l'exposition Tristan. En effet, l'équipe avait besoin de sources lumineuses immédiatement opérationnelles dès la mise sous tension. Avec Direct On/Off, le XJ-A257 est prêt à l'emploi et atteint sa pleine luminosité seulement 5 secondes après avoir appuyé sur le bouton. Le personnel du muséum peut compter sans problème sur des performances optimales. Deuxième argument en faveur des projecteurs CASIO dans la salle du T. rex : une autonomie longue durée sans changement de lampe.


DÉCOUVRIR LE MODÈLE XJ-A257 »


6 modèles XJ-UT310WN de la série Ultra Short Throw sont utilisés pour cette exposition. Les appareils sont dissimulés dans une estrade en béton sous le dinosaure. Ils restituent à merveille les couleurs des animations des vitrines sur une courte distance : dès qu'un capteur est activé, des textes, des marquages et des courts films sont projetés sur les vitrines éclairées par-dessous. Les images claires et animées aux couleurs franches ne mettent que peu de temps à apparaître grâce aux sources lumineuses CASIO spéciales. Grâce à elles, les projecteurs sont parfaitement adaptés au concept de cette exposition.


DECOUVRIR LE MODELE XJ-UT310WN »
Télécharger l'étude de cas